Vernier 2015

 

Ethnopoly Vernier 2015

Ici vous trouverez toutes les informations concernant le projet. Les différents chapitres peuvent être ouverts en cliquant sur les titres.

D'un coup d'oeil

Lieu et date:
Libellules-Aïre-Lignon (commune de Vernier), départ Salle Louis Ducour (SIG), jeudi 4 juin 2015

Organisé par:

  • Maison de Quartier des Libellules

Personne(s) de contacte:

Détails

Participants:
182 élèves âgés de 10 à 11 ans (7P-8P des écoles des Libellules, d’Aïre et du Lignon), sur temps scolaire, donc obligatoire.

Postes:
38 postes

12 pays : Italie, Norvège, Somalie, Madagascar, Ethiopie, Chine, Maroc, Ghana, Togo, Mexique, Portugal et Suisse

Tâches :

Découverte instruments d’OrientPrésentation de la culture autour de la nourriture (sculpture de légumes)Connaissance de la Suisse (fabrication de sirop de sureau)Atelier de patchworkAtelier de peintureJeux autour des 5 sensAtelier de construction de décors de théâtrePrésentation de Madagascar (drapeau, musique…) Associations de personnes âgées : ont reçu les enfants chez eux (fabrication de biscuits traditionnels italiens, de cartes postales, cartes de randonnées pédestres à Vernier…)Mères apprenant le français à la Maison de Quartier (ont reçu les enfants dans leur classe de français : Qu’est-ce que c’est d’apprendre le français ? Pourquoi le font-elles ?) + cuisine du monde avec ces mamans.

Comité d’organisation:
3 animateurs de la Maison de Quartier ont organisé le jeu, puis, ont délégué des tâches à l’école des Libellules, comme par exemple : faire le lien avec les parents, organiser les groupes…

Budget:
Le budget demandé s’élevait à 6200.- . Il incluait le jeu et le repas de midi pour tous les enfants.

Le budget obtenu a été de 4300.-, auprès du Contrat de Quartier du Lignon et la Maison de Quartier a également payé quelques centaines de francs. Cela s’est révélé suffisant.

Règles du jeu:
Les règles ont été calquées sur celles de Meyrin, sauf que les points reçus à chaque poste n’étaient pas comptabilisés à la fin. Tous ont reçu un cadeau (notamment une entrée familiale à la piscine du quartier pour tous les participants, offertes par la Ville). Les postes de départ du matin et de l’après-midi étaient obligatoires pour dispatcher les groupes, puis chacun était libre de visiter les postes qu’il voulait.

Activités supplémentaires:
Avant

Un travail a été fait avec les étudiants HETS qui devaient accompagner les groupes d’élèves :

Présentation et expérimentation d’une trentaine de jeux coopératifs orientés sur la culture, à mettre en place le jour même pour faire patienter certains groupes ou pour tenir des postes lors de la journée.

Aucune préparation préalable n’a été faite avec les élèves dans les écoles. Une demande de matériel a été faite par les profs, pour pouvoir les préparer. Mais cette année le jeu a été présenté aux enseignants, par les animateurs de la Maison de Quartier, 2 semaines avant le jour J et aux élèves, 1 semaine avant. Les délais étaient donc trop couts. Ce serait un point à ajuster l’an prochain.

Après

Un retour a été fait avec :

les étudiants de la HETS, l’équipe de stagiaires et de moniteurs de la Maison de Quartier, une dizaine de personnesavec les 2 directrices et la secrétaire de l’école des Libellules, une semaine après, autour d’un repas (le retour des enseignantes s’est fait par l’intermédiaire de leurs directrices)

Les accueillants ont étés visités et remerciés pour leur participation. Ils repartent l’année prochaine avec plaisir.

Les retours des enfants se sont fait de manière informelle, lors de leurs passages par la Maison de Quartier : ils ont étés enthousiasmés.

Conclusions

Ce qui a bien marché:  
La présence des infirmières de chacune des écoles a permis d’éviter de faire une demande auprès des samaritains, qui ne sont pas obligatoires.
Leur présence coûte cher.
Le fonctionnement, rôdé, des 3 animateurs de la Maison de Quartier.
L’utilisation des documents de Meyrin    
Ce qui doit être repensé pour l’année prochaine :
  •  Le partenariat avec les écoles: la transmission trop tardive des informations a été génératrice de stress sécuritaire chez l’une des directrice avec qui nous travaillions pour la première fois (problématique autour des accompagnants : être responsable, mais ne plus avoir le contrôle vis-à-vis des accompagnants… même si police circule dans le quartier) Donc, plus d’anticipation.
  • Disques de stationnement non fonctionnels
  • Il a été difficile de déléguer la prise de contact avec certains lieux potentiellement accueillants à des gens n’ayant pas encore participé à des Ethnopoly car c’était difficile pour eux d’expliquer, d’en parler et de répondre aux questions par manque d’informations précises. L’an prochain, ils seront mieux préparés car ils auront l’expérience de cette année.
De manière générale :
  • Le bilan est positif et les objectifs fixés sont atteints : Ethnopoly a permis aux enfants de mieux connaître leur quartier et les gens qui y vivent.
  • L’intérêt des habitants à y participer, y compris  les commerçants et les artisans, est également clair.
  • Leur enthousiasme à renouveler l’expérience le montre.

Documents à télécharger

Projets apparantés