Eaux-Vives 2014

 

Ethnopoly Eaux-Vives 2014

Ici vous trouverez toutes les informations concernant le projet. Les différents chapitres peuvent être ouverts en cliquant sur les titres.

D'un coup d'oeil

Lieu et date:
Quartier des Eaux-Vives, Ville de Genève, 17 mai 2014

Organisé par:

Personne(s) de contacte:

Détails

Participants:

  • 90 enfants de 7 à 12 ans, de 9 écoles du quartier des Eaux-Vives (7 publiques et 2 privées). Huit enfants du foyer de requérants d’asile Frank Thomas ont participé au jeu.
  • 27 accompagnants dont 18 parents ou proches des enfants, 3 jeunes en formation, 2 animateurs du GIAP et 4 bénévoles habitants du quartier.
  • Environ 50 adultes ont tenu un poste.

Postes:
28 postes, dont 16 tenus par des familles, 5 par des retraités du quartier, 3 par des associations, 2 par des lieux de culte (Paroisse Catholique et Centre Islamique) et 2 par des institutions (Musée d’Ethnographie et Police municipale). Deux postes « famille » ont pu compter avec la participation de grands parents migrants (Belgique et Vietnam) et une famille hôte était résidente au Foyer Frank Thomas (Kosovo).

15 pays représentés : Pérou (4 fois), Philippines, Inde, Tyrol autrichien, Kazakhstan, Iran, Erythrée, Ethiopie, Congo, Vietnam, Belgique, Ecosse, Kosovo, Népal et Brésil (Amazonie).

Les postes ont proposé des activités très variées aux enfants autour de la nourriture, des habits traditionnels, de la danse, des instruments de musique et du chant, de la langue, de curiosités. Des savoirs divers et variés ont été partagés avec beaucoup de créativité et de dévouement dans tous les postes. Sans oublier les lieux insolites découverts à la Paroisse Catholique et à la Maison de quartier des Eaux-Vives. Pour plusieurs participants, la visite au Centre Islamique et au Foyer Frank Thomas a été une vraie opportunité pour travailler leurs représentations.

Comité d’organisation:
6 personnes ont intégré le comité d’organisation durant toute la durée du projet avec la collaboration de deux jeunes en formation. Ce dernier a pu compter avec la collaboration des directeurs des écoles du quartier et de la responsable du GIAP (organisation du flash mob).

Budget:
Le rallye et la fête multiculturelle qui a suivi ont pu compter sur un budget d’environ 20’000 francs, sans compter la rémunération des professionnels engagés dans la préparation.

Les différents contributeurs ont été le Bureau de l’Intégration des Etrangers, le Service de la Jeunesse et le Service Social de la Ville de Genève et la Maison de Quartier des Eaux-Vives.

Règles du jeu:
Le parcours du rallye était libre sauf le premier poste, ainsi qu’un autre poste obligatoire. De plus, le quartier (zone du jeu) était distribué en 4 zones, et les différents postes visités devaient se trouver au moins sur 3 des 4 zones du jeu. Des points ont été attribués aux groupes par les hôtes en fonction de leur politesse, de leur intérêt vis-à-vis du sujet présenté et de leur réponse à une question posée par l’hôte. Une remise des prix a eu lieu lors de la fête, récompensant les 3 premiers groupes.

Activités supplémentaires:

AVANT LE JOUR J  
Un grand travail de diffusion du projet à l’échelle du quartier a été fait tout au long de la période de préparation : 3 séances avec les directeurs des écoles et présentation du projet aux enseignants ; 1 séance pour les parents d’élèves, 2 séances à la coordination de quartier des Eaux-Vives, une présentation aux retraités du quartier, stand du projet lors d’un vide grenier au préau d’une école. Puis, 2 séances avec les parents d’élèves et les hôtes inscrits ont été organisées pour la mise en place des postes.
 
PENDANT LE JOUR J  
Un film a été tourné et plusieurs photos ont été prises pour la mémoire et diffusion du projet. Une fête multiculturelle a clos cette journée.
 
APRES LE JOUR J  
Un message de remerciements avec un appel à témoignage a été envoyé à tous les participants la semaine qui a suivi l’événement. La diffusion du film et d’un diaporama photo quelques mois plus tard a permis de rassembler les participants une nouvelle fois. Le matériel audiovisuel a été donné à chaque participant comme souvenir.

Déscription brève

Ethnopoly aux Eaux-Vives s’est déroulé l’après-midi du samedi 17 mai 2014, choix qui a favorisé la participation d’un éventail plus large d’habitants. La mobilisation des parents et des habitants a été significative aux séances de préparation et au moins 8 « familles élargies » ont pu participer au projet (parents, grands-parents, oncles, frères aînés).

Comme on a pu le constater dans d’autres Ethnopoly, l’engagement des hôtes et leur créativité pour faire connaître leur culture aux enfants ont été remarquables. Avec 15 pays représentés, les équipes d’enfants ont pu faire le « tour du monde » sans sortir de leur quartier.

Le choix du samedi et l’envie de travailler avec plusieurs écoles du quartier a eu par conséquence une faible implication des enseignants dans l’organisation du jeu. Les écoles ont joué un rôle important dans la communication du projet (divers flyers ont circulé à travers la fourre des élèves) ainsi que dans la disponibilité des salles proposées aux postes le jour J. Par contre, l’organisation et la logistique globale du projet ont été portées par le comité d’organisation.

Cette journée se déroulant également dans le cadre des 30 ans de la Maison de Quartier, une dimension « quartier » a été prédominante. La fête interculturelle qui a suivi le jeu a permis à tous les bénévoles, aux enfants et à leurs parents, ainsi qu’aux organisateurs d’échanger leurs impressions sur le rallye Ethnopoly et de vivre un moment de forte convivialité dans leur quartier. La présence à la fête de M. Castella, représentant du BIE, et de Mme Alder, CA de la Ville de Genève, ont collaboré avec la reconnaissance de ce jeu comme outil d’intégration à l’échelle d’un quartier.

Un film a été tourné à l’occasion, sa projection quelques mois après la manifestation a permis d’inscrire l’événement dans la vie du quartier.

Conclusions

  • Bon choix de faire le samedi pour favoriser la participation des parents et des familles, mais
  • Besoin de favoriser l’engagement des écoles, en centrant peut-être sur une ou deux écoles.
  • Favoriser l’engagement des associations de parents d’élèves dès le début du projet, Favoriser l’engagement des enseignants en leur donnant un rôle plus important,
  • Etre attentif à la participation des familles migrantes les plus vulnérables.

Documents à télécharger

Galerie de photos